Tin Ngoại Ngữ

Saint Paul à Athènes : un tournant dans l’annonce de l’Évangile

L’île de Chypre et la Grèce se préparent à accueillir le Pape François. Sur ces terres méditerranéennes, la diffusion de l’Évangile et la constitution des premières communautés chrétiennes sont le fruit de la prédication de Paul et Barnabé. Si l’évangélisation de Chypre reste attachée au passage de Barnabé, celle de la Grèce est liée à l’apôtre des Gentils. À Athènes, Paul se verra toutefois confronté à un échec, qui le conduira à revoir sa manière d'annoncer la Bonne Nouvelle du Christ.

Entretien réalisé par Manuella Affejee – Cité du Vatican

Chantal Reynier, docteure en théologie biblique, a longtemps été professeure d’exégèse au Centre Sèvres (Paris) ; elle dirige aujourd’hui la collection des “ABC de la Bible” aux Éditions du Cerf. Spécialiste de saint Paul et de ses écrits, elle lui a consacré de nombreux ouvrages dont : Paul de Tarse en Méditerranée (2006), Pour lire saint Paul (2008), ou encore Saint Paul sur les routes du monde romain (2009).

Entretien avec Chantal Reynier, professeure d'exégèse biblique

Alors qu’il se trouve en Asie mineure, Paul décide de traverser la mer Égée et d’aller en Grèce pour y annoncer l’Évangile. Qu’est-ce qui le pousse à le faire ?

C’est l’Esprit-Saint d’abord, puis la vision d’un Macédonien, d’après le texte des Actes, qui l’y poussent. En fait, Paul a pris la route de l’Ouest après son impossibilité à entrer en Bithynie, qui est le domaine de saint Pierre, qu’il respecte. Il se trouve donc à Alexandrie de Troade, face à l’Égée, où le franchissement du détroit est relativement facile. Donc, bien sûr nous avons cette vision qui est, semble-t-il, à l’origine de son passage de l’autre côté, mais il faut prendre aussi en compte les facilités de communication : Alexandrie de Troade est l’un des principaux ports de l’Égée, qui se trouve à l’aboutissement des routes terrestres -la via Initia qui relie l’Occident et l’Orient. Il ne faut pas oublier non plus un troisième facteur qui joue en faveur de ce saut de l’autre-coté, c’est l’attraction qu’exerce sur Paul l’Occident de l’époque. Peut-être que le désir d’aller jusqu’à Rome n’est pas tout à fait éloigné. Il y a donc aussi une stratégie de l’apôtre, dans sa manière d’annoncer l’Évangile.

Les Actes dressent un itinéraire précis du périple de l’apôtre. Peut-on le retracer brièvement ?

Il est vrai que les Actes des Apôtres nous donnent des éléments informatifs de grande qualité et vérifiés par les historiens de l’Antiquité, notamment ceux de l’histoire maritime. Paul va s’appuyer sur les îles, les vents favorables, le trafic maritime intense dans ce secteur, déjà à cette période. Et donc, de Troade, il passe par Samothrace, Thasos, Néapolis, en cinq jours. Un peu comme Ovide qui, lui, a fait le voyage dans l’autre sens, Paul rejoint le continent européen en arrivant à Philippes, qui est un lieu important de Macédoine.

Athènes constitue une étape-clé du voyage de Paul. Quel regard porte-t-il sur la cité de Périclès et de Platon ?

Ce qu’il est intéressant de relever, c’est qu’une fois arrivé à Philippes, il fonde une communauté avant d’être fait prisonnier. Après sa libération, il quitte la cité pour aller à Thessalonique, d’où il est également chassé. Il rencontre beaucoup d’obstacles. Et c’est comme cela qu’il arrive à Athènes, par la mer.

Bien sûr, Athènes ne peut qu’éblouir Paul qui a été formé à Tarse, dans une double culture. À cette époque, Athènes gardait encore toute une aura intellectuelle même si elle avait perdu de son importance politique et économique. Là, Paul observe la multiplicité des idoles, il va au contact de tous les passants, les Juifs comme les non-Juifs, et c’est là qu’il va rencontrer les épicuriens, les stoïciens, les intellectuels. Mais, malheureusement sa conduite est étrange et il se fait remarquer, une fois de plus ! Il va donc se faire conduire à l’Aréopage, où il se fait taxer de picoreur, c’est-à-dire non pas celui qui raconte n’importe quoi, mais celui qui colporte des nouvelles étranges - dans le monde antique, ce qui est étrange fait toujours difficulté.

Paul est donc invité à s’exprimer devant l‘éminent Aréopage athénien. Quels sont les principaux axes de ce discours magistral, qui constitue l'une des premières annonces de la foi en Europe ?

Ce sont les Actes qui rapportent ce discours, il s’agit donc d’une composition, mais elle s’avère intéressante du point de vue de l’approche que Paul peut faire dans ce contexte culturel. Il n’hésite pas à partir de l’Ancien Testament, et à se référer à ce qu’il voit, c’est-à-dire le fameux “autel au Dieu inconnu”. Il montre à travers cela que la conscience humaine est un état de recherche ; même les Grecs peuvent honorer des dieux qu’ils ne connaissent pas. Cela veut dire que la culture grecque est en quête de quelque chose. Et Paul, qui ne manque jamais d’audace, ose dire à ces membres de l’Aréopage -qui est quand même un organe de gouvernement, un tribunal suprême chargé de la pérennité de l’État-, «nous sommes de la race de Dieu». Il emploie un «nous» inclusif. Il ajoute le fond du Kérygme, en annonçant la résurrection. Mais quand cette résurrection est entendue d’un point de vue culturel par les auditeurs comme un mot étrange -féminin du reste-, ils en déduisent que Paul annonce une divinité, et que finalement, un événement de ce genre, que Paul présente comme transcendant à l’Histoire, ne peut pas être reçu par ceux qui s’appuient sur la seule raison humaine. Ce discours s’achève un peu brutalement, dans les Actes. Il y a bien quelques personnes qui suivront Paul, mais d’Athènes on n’en entendra plus parler, et Paul quittera la cité pour aller à Corinthe.

Son discours recueille donc essentiellement de l’indifférence et de la moquerie. Quelles leçons Paul va-t-il en tirer ?

La leçon principale est précisément qu’aucune culture, ni juive, ni grecque, ni romaine, ne peut déduire de sa réflexion le fait que le crucifié soit ressuscité, qu’il soit le sauveur du monde et qu’il soit le fils de Dieu. Devant cet échec à Athènes, il va recentrer l’annonce de l’Évangile sur le fait que : «je n’ai voulu connaitre parmi vous que Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié». C’est-à-dire que ce crucifié sera toujours scandale et folie pour les cultures. Scandale pour les Juifs car la crucifixion leur rappelle l’exécution sommaire faite par l’occupant romain, donc la plus pitoyable des morts. Cela leur rappelle aussi, selon le livre du Deutéronome (2, 21) que celui qui pend au gibet est «maudit de Dieu».

C’est la même chose pour les Grecs, car dans leur culture, la condamnation au supplice de la croix est le pire des supplices, indigne même d’un citoyen romain. Donc, pour les païens, pour les nations, l’annonce de l’Évangile est toujours une folie. C’est ce que Pline appellera plus tard la «superstition des raisonnables».

Paul l’a bien compris ; lorsqu’il dit que Dieu a frappé de folie la sagesse du monde, il ne veut pas dire que la sagesse est folle, ou que la philosophie est folle et qu’il faut s’en tenir loin, pas du tout. Mais il déduit que la connaissance de Dieu ne peut pas découler de la quête que nous en faisons. C’est un événement transcendant que nous devons accueillir par la force de l’Esprit. Parce que Celui qui mesure le monde ne peut pas être mesuré par Lui. La connaissance que nous pouvons avoir de l’Évangile repose sur une illumination du cœur, ce qui ne veut pas dire qu’elle est en dehors de toute rationalité. Parce qu’une fois que l’on accepte que Dieu se révèle dans l’Histoire, à travers le crucifié, il va être possible de l’annoncer de manière argumentée et rationnelle.

L’échec apparent de Paul à Athènes va-t-il déterminer ensuite l’évangélisation de toute la Grèce?

Naturellement. En quittant Athènes, il se rend à Corinthe, qui en est le contrepoint, d’une certaine manière. Paul entre là dans un univers nouveau qui est celui des commerçants, des hommes d’affaires, des esclaves, des prostituées, etc. C’est une mégapole de 80 000 habitants à l’époque, avec deux ports, donc une ville extrêmement importante, plus qu’Athènes même, du point de vue vital au sein de l’Empire romain. Et donc, il va y annoncer l’Évangile en disant : «Je ne suis pas venu chez vous avec les mots de la sagesse mais je n’ai rien voulu connaître d’autre que Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié». Là, il fonde deux communautés chrétiennes, l’une à Corinthe et l’autre à Cenchrées, dans le port.

Il va découvrir un monde nouveau, où l’Évangile va se heurter à une pâte humaine, qui n’est pas si accueillante que cela ! Il va devoir aussi développer, par rapport au message, les implications de ce que représente la résurrection de Jésus. C’est-à-dire : comment la résurrection touche la nature, notre regard sur Dieu, même les relations entre l’homme et la femme, la dignité de la sexualité, comment elle implique aussi un type d’insertion dans la vie publique, comment elle implique que la communauté soit une communauté de frères, qui est le corps du Christ. Il y a un déploiement du Kérygme que Paul opère à la suite de cette expérience d’Athènes. Il ne le dit pas de manière explicite, mais il est clair que l’expérience d’Athènes le fait pivoter sur une autre manière d’annoncer l’Évangile.

Khách truy cập

Hôm nay:14564
Hôm qua:30239
Tuần này:14564
Tháng này92639
Số Lượt Truy Cập:36784659
Số khách đang Online 336