Tin Ngoại Ngữ

La sainteté consiste en «beaucoup d’amour quotidien» rappelle François

Le Pape François a célébré ce dimanche 15 mai la messe pour la canonisation de dix bienheureux. Devant près de 50 000 fidèles rassemblés sur la place Saint-Pierre et aux alentours, il a exhorté à se laisser aimer par le Christ et à aimer comme lui, non par des actions héroïques, mais dans le service et le don de soi-même. Les nouveaux saints en témoignent et invitent chaque baptisé à le vivre, selon sa vocation propre.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Une Place Saint-Pierre fourmillant de groupes arrivés progressivement depuis le lever du jour. Des banderoles agitées dans un air presqu’aussi chaud qu’un mois d’été. Des centaines de prêtres, et des autorités politiques venues de divers pays. Il y a longtemps que l’on avait pas connu cette atmosphère d’effervescence aux abords de la basilique pétrinienne: la dernière messe de canonisation avait été célébrée en octobre 2019, quelques mois avant que la pandémie de covid-19 ne vienne imposer ses mesures de restriction.

Des dizaines de milliers pèlerins ont assisté ce matin à la cérémonie, qui s’est déroulée sous un franc soleil.

Le rite de canonisation des dix bienheureux – cinq religieux et religieuses italiens, un laïc indien, un carme néerlandais, Titus Brandsma, et trois français, Charles de Foucauld, César de Bus et Marie Rivier – s’est déroulé, comme le veut la liturgie, au début de la messe: chant du Veni Creator, Petitio (demande formelle de canonisation adressée par le préfet de la Congrégation pour la cause des saints, le cardinal Marcello Semeraro, au Pape François), litanie des saints, formule de canonisation prononcée par le Saint-Père, suivie du chant de l’Alléluia et du Gloria.

Le Pape François prononçant la formule de canonisation - 15 mai 2022

Notre identité: «aimés de Dieu»

Une fois les dix saints inscrits officiellement au «registre des saints», la messe s’est poursuivie avec la liturgie de la Parole, en suivant les lectures de ce 5e dimanche de Pâques. Dans l’Évangile, issu de saint Jean (13, 31-33a., 34-35), Jésus prononce son «commandement de l’amour»: «Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres». Un verset commenté par le Saint-Père dans son homélie.

Tout d’abord, a expliqué François, le Seigneur nous a aimés «jusqu’au bout, jusqu’au don total de lui-même», et cela même à l’heure où Judas l’a trahis. Et «dans l'obscurité et les tempêtes de la vie, c'est cela l'essentiel : Dieu nous aime». C'est là «notre identité» et «notre force: aimés de Dieu», a ajouté le Souverain Pontife.  

14/05/2022

Le Pape aux jeunes du diocèse de Viviers: faites grandir cet héritage de sainteté

Un groupe de jeunes catholiques français a été reçu en audience ce samedi matin par le Saint-Père, à la veille de la canonisation de deux bienheureux de leur diocèse: Charles de ...


Qu’est-ce que la sainteté?

Cette certitude de «l'amour inconditionnel et gratuit de Dieu, que nous n'avons pas mérité» est centrale, a souligné le Pape. «Au début de notre être chrétien, il n'y a pas de doctrines ni d'œuvres, mais l'émerveillement de nous découvrir aimés, avant toute réponse de notre part». Un amour gratuit qui est aussi l’essentiel de la sainteté, contrairement à l’idée que l’on peut s’en faire.

Et François de décrire une sainteté conçue comme un idéal fait «d’héroïsme personnel», un «objectif inaccessible» coupé «de la vie quotidienne». Non, devenir saint, «c'est avant tout se laisser transfigurer par la puissance de l'amour de Dieu. N'oublions pas la primauté de Dieu sur le moi (...), de l'Esprit sur la chair, de la grâce sur les œuvres», a déclaré le Souverain Pontife, regrettant que l'on donne souvent «plus d'importance au moi» et à la chair.

Une force qui transfigure

Cet amour reçu de Dieu «est la force qui transforme notre vie : il dilate notre cœur et nous prédispose à aimer», a poursuivi le Pape, commentant la deuxième partie du verset johannique. 

Il ne s’agit pas seulement d’imiter l’amour de Jésus, mais d’aimer en raison de cet amour «qui nous guérit et nous transforme», qui rend capable d’«accomplir des gestes d'amour dans chaque situation». L'équation est simple: «Tout comme je suis aimé, je peux aimer». 

Vivre cet amour signifie «servir et donner sa vie».

“[«Servir, c'est-à-dire ne pas faire passer ses propres intérêts en premier ; (…) partager les charismes et les dons que Dieu nous a donnés. Se demander concrètement : "qu'est-ce que je fais pour les autres ?" (...) et vivre le quotidien dans un esprit de service, avec amour et sans clameur, sans rien revendiquer». ]”

Donner sa vie, qui ne désigne pas une réalité matérielle mais «se donner soi-même», «toucher et regarder la chair du Christ qui souffre dans nos frères et sœurs», a décrit l’évêque de Rome, avant de résumer: «La sainteté n'est pas faite de quelques gestes héroïques, mais de beaucoup d'amour quotidien». Selon son propre état de vie, «toujours regarder Jésus dans les autres», a-t-il encore indiqué.

12/05/2022

Dans les cités de Marseille, la fraternité selon Charles de Foucauld

Trois religieuses de la congrégation Disciples de l’Évangile perpétuent l’héritage foucauldien au milieu des quartiers nord phocéens, à la pluralité religieuse et culturelle ...

La voie est ouverte

Titus Brandsma, Devasahayam Lazare Pillai, César de Bus, Luigi Maria Palazzolo, Giustino Maria Russolillo, Charles de FoucauldMarie Rivier, Maria Francesca di Gesù Rubatto, Maria di Gesù Santocanale, et Maria Domenica Mantovani: dix nouveaux saints qui nous invitent à aimer nous aussi jusqu’au bout, avec Jésus, dans le service et le don de soi. «Servir l'Évangile et les frères, offrir sa vie sans retour (...), sans chercher la gloire mondaine : nous sommes, nous aussi, appelés à cela», a souligné le Pape. Ce sont «nos compagnons de route», qui ont répondu à leur vocation personnelle «avec enthousiasme», jusqu’à devenir «des reflets lumineux du Seigneur dans l'histoire».

Or la route de la sainteté «n'est pas fermée» mais «universelle» et «commence avec le baptême», a assuré François. C'est une voie pour chaque baptisé: «chacun de nous est appelé à la sainteté, à une sainteté unique et non reproductible», a insisté le Saint-Père. Et de conclure par cette exhortation: «Oui, le Seigneur a un plan d'amour pour chacun de nous, il a un rêve pour ta vie, pour ma vie, pour la vie de chacun de nous. (...) Fais-le avancer avec joie».

Regina Cœli: que les nouveaux saints suscitent la paix

Au terme de cette messe, le chant du Regina Cœli a été entonné. Le Souverain Pontife a prononcé auparavant quelaues mots de remerciements. Il a aussi souligné combien «il est bon de voir que, par leur témoignage évangélique, ces saints ont favorisé la croissance spirituelle et sociale de leurs nations respectives et aussi de toute la famille humaine». Un témoignage d'actualité, «alors que, malheureusement, dans le monde, les distances s'accroissent et que les tensions et les guerres augmentent», a fait remarquer François, souhaitant ces nouveaux saints puissent «inspirer des solutions de rassemblement, des voies de dialogue, en particulier dans le cœur et l'esprit de ceux qui occupent des postes de grande responsabilité et sont appelés à être des protagonistes de la paix et non de la guerre».

Voir l'intégralité de la messe - commentée en français

Vatican News

Khách truy cập

Hôm nay:10695
Hôm qua:30239
Tuần này:10695
Tháng này88770
Số Lượt Truy Cập:36780791
Số khách đang Online 268